Maison en bois : le point sur la gestion de l’humidité

Une mise en œuvre mal réalisée peut entraîner des problèmes d’humidité dans les maisons en bois. Tour d’horizon des solutions possibles pour gérer ce souci.

Zoom sur l’humidité dans une maison en bois

Le bois est un matériau hygroscopique. Il se stabilise à une humidité d’équilibre définie selon le climat de la région dans laquelle il se trouve. La température et l’humidité relative, mais aussi la vitesse de l’air définissent le climat. Une bonne gestion de l’humidité dans une maison en bois est importante pour éviter les sinistres.
À titre d’exemple, à une température de 20 °C et une humidité relative de l’air s’élevant à 60 %, l’humidité du bois se stabilise autour de 11 %. Les champignons commencent à se développer lorsque cette dernière dépasse 18 à 20 %. Apprenez-en davantage sur les solutions écologiques sur cet article.

Image Gestion humidité maison bois 1

Les inconvénients d’une maison en bois

Correctement mise en œuvre, une maison en bois est une construction pérenne. Cependant, une maison à ossature en bois présente quelques inconvénients, dont l’inertie thermique, le besoin d’entretien régulier du matériau et une mauvaise image. En outre, la vapeur d’eau produite par les habitants doit être évacuée au risque de compromettre la pérennité de la construction. L’évacuation et la gestion de l’humidité dans une maison en bois s’accompagnent entre autres d’une bonne isolation. L’installation d’un hygromètre l’humidité relative est nécessaire pour mesurer à tout moment le taux d’hygrométrie.

Le taux d’humidité idéal

Un air trop humide est susceptible d’entraîner des dégâts matériels et sanitaires importants dans une maison en bois. A contrario, un air trop sec assèche les muqueuses et favorise l’apparition des poussières. L’hygrométrie ou humidité relative est le pourcentage de vapeur d’eau contenue dans l’air par rapport à la quantité maximale qu’il peut absorber. Le taux idéal d’humidité dans une maison se situe entre 40 et 60 %. Chez les personnes ayant une santé fragile, il se situe entre 45 et 55 %.

Le point sur l’isolation d’une maison en bois

L’humidité est l’ennemi numéro 1 d’une construction en bois. En moyenne, une famille de 4 personnes produit 12 litres de vapeur d’eau par jour. Si cette dernière n’est pas évacuée, elle se condense dans les parois et cause différents dégâts (apparition de moisissures et de champignons, pourrissement du bois…). Pour y remédier, portez une attention particulière à l’isolation thermique de l’habitation.

Image Gestion humidité maison bois 2

L’isolation du toit, des combles, des murs et des sols

Les origines des problèmes d’humidité, notamment au niveau des charpentes en bois, sont nombreuses. Parmi elles se trouve le défaut de ventilation ou d’infiltration d’eau, ainsi que la vapeur d’eau. Pour remédier au souci de condensation, il suffit de mettre en place une ventilation performante et un calfeutrement de qualité pour garantir l’imperméabilité à l’air.

L’isolation du toit et des combles

Différentes options s’offrent à vous pour l’isolation du toit d’une maison en bois. Recourez entre autres à l’installation d’un pare-pluie à poser côté tuiles et choisissez une référence hautement perméable à la vapeur d’eau pour éviter l’humidité. Pour le confort thermique de l’habitation, réalisez des travaux d’isolation par l’extérieur sur les chevrons et sous la couverture. En outre, l’isolation des combles dans une maison en bois importe également, ne serait-ce que pour éviter les déperditions de chaleur.

L’isolation des murs

De l’isolation des murs d’une maison en bois dépend le confort acoustique et thermique. Les laines minérales et végétales, les flocons de cellulose, les panneaux de polystyrène expansé, les mousses de polyuréthane et les panneaux en fibres de bois sont utilisés dans ce cadre.
Le pare-pluie est utilisé pour pallier les problèmes d’humidité dans les maisons en construction, car il favorise le passage de la vapeur d’eau qui aurait pu s’échapper vers l’extérieur. Les références les plus courantes sont les panneaux en fibres de bois enduits de bitume, les films non tissés, ainsi que les papiers et les feutres bituminés. Dans les pièces humides, prévoyez un parement intérieur possédant des capacités hydrofuges à l’instar des plaques de plâtre ou de gypse, des panneaux de particules ou d’OSB, ou encore du contre-plaqué.

L’isolation du sol

L’étanchéité à l’air est primordiale dans une maison à ossature en bois. Elle doit être continue et le sol compte parmi les points de liaison à traiter. Les professionnels de l’isolation des maisons en bois doivent être formés, mais aussi savoir se servir de matériaux spécifiques. Par ailleurs, ils réalisent un premier test d’étanchéité à l’air en cours de chantier, puis un second à la fin des travaux. L’isolation des sols dans une maison en bois nécessite l’installation d’une couche isolante.

Isolation et économies d’énergie

La fibre de bois compte parmi les matériaux utilisés dans le cadre d’une isolation écologique d’une maison en bois en raison de sa grande capacité à stocker l’humidité. Elle se présente sous forme de panneaux rigides de densités différentes et, en cas d’incendie, cet isolant ne dégage aucune fumée toxique. La laine de mouton ou les panneaux de roseaux peuvent également absorber l’humidité. La gestion de l’humidité dans une maison à ossature en bois inclut une isolation permettant de réaliser des économies d’énergie. En effet, cette opération atténue les variations de température et évite les déperditions de chaleur.

Topo sur le chauffage dans une maison en bois

Le taux d’humidité dans une maison, en été comme en hiver, dépend des températures extérieures, du chauffage et des problèmes d’humidité. Se baser sur la ventilation uniquement est insuffisant pour lutter contre l’humidité. Combiné au chauffage, elle évite la condensation qui résulte d’un degré d’humidité trop élevé.

Le chauffage électrique

Le chauffage électrique dans une maison en bois contribue grandement à éviter les problèmes d’humidité. Dans ce cadre, le radiateur combiné au chauffage par le sol est particulièrement efficace.

Le chauffage au gaz

Le chauffage au gaz dans une maison en bois doit également être associé à une bonne ventilation pour éviter les problèmes engendrés par l’humidité excessive (moisissures, odeurs désagréables, etc.). Pour ce faire, investissez dans une VMC (ventilation mécanique contrôlée). Dans le cas d’une maison ancienne, optez pour la VMI (ventilation par insufflation). Découvrez toutes les informations concernant le remplacement ou l’installation de chaudière à travers ce site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *