Tout ce qu’il faut savoir en 2019 sur l’isolation écologique d’une maison en bois

Pour assurer la pérennité d’une construction en bois tout en optimisant son confort, l’isolation thermo-acoustique est un critère non seulement important, mais obligatoire. Le point complet sur les meilleurs isolants écologiques pour gagner en performance énergétique, ainsi qu’en espace habitable.

## L’isolation écologique des maisons en bois a le vent en poupe
Associé aux matériaux modernes, le bois présente bien des avantages. Facilement disponible et renouvelable, il a, contrairement aux idées reçues, un bon comportement au feu. En plus de sa bonne résistance mécanique, il se consume lentement. De plus, ce matériau noble conserve aussi bien la fraîcheur que la chaleur et isole naturellement contre les bruits extérieurs.
Découvrez les exigences réglementaires pour la construction des bâtiments avec cette page.

## L’isolation écologique d’une maison en bois: une obligation

Isolation écologique maison bois 1

L’isolation écologique des maisons en bois est une obligation ! En effet, la réglementation thermique existante impose certaines règles, car sans une bonne isolation thermique, les performances énergétiques de votre construction est en chute libre et votre consommation d’énergie en hausse.
Ainsi, une isolation thermique adaptée à la construction et compatible avec les normes en vigueur évite de nombreux inconvénients comme :
* la chaleur
* le froid
* l’humidité
* des factures de chauffage au gaz importantes

Comment pallier ces désagréments sans risque pour la santé, tout en faisant un geste pour l’environnement ? Les isolants écologiques, bien sûr ! Ces solutions naturelles qui limitent les déperditions de chaleur sont également efficaces pour accroître la perméabilité des parois d’une construction en bois ou dotée d’une ossature en bois. La bonne étanchéité à l’air est un point fort non négligeable.

### Accroître l’isolation thermo-acoustique des maisons en bois
En alliant le bois avec des isolants acoustiques et thermiques à haute performance, on peut faire d’une construction en bois une maison passive, c’est-à-dire dont les performances énergétiques sont optimales et dont les besoins en chauffage électrique sont très faibles.
Le saviez-vous ? Un bâtiment correctement isolé peut produire plus d’énergie qu’il n’en consomme.

### L’intérêt d’une maison en bois
À épaisseur de paroi équivalente à celle d’une construction classique, un bâtiment en bois est MIEUX protégé contre les déperditions de chaleur ou d’énergie. En effet, les isolants utilisés se calent mieux entre les montants, permettant ainsi d’intégrer jusqu’à 20 ou 25 cm d’isolants aux murs.
Bon à savoir : à titre de comparaison, seulement 8 à 16 cm d’isolants peuvent être insérés dans les parois d’une maison classique.
Pour vous assurer d’une isolation aussi performante en été qu’en hiver, choisissez d’emblée un matériau isolant offrant une résistance thermique (R) maximale. Les économies de chauffage seront notables.

## Zoom sur la famille des isolants
On distingue :
* les isolants synthétiques qui sont très efficaces en matière d’isolation, mais aussi potentiellement toxiques
* polystyrènes expansés et extrudés
* polyuréthane
* polyester

  • les fibres animales, végétales et minérales
    • laine de roche
    • laine de verre
    • laine de bois
    • laine de mouton
    • lin
    • chanvre
  • les isolants renouvelables
    • papier recyclé
    • liège
  • les isolants minéraux : plus rares

    Pourquoi opter pour un isolant naturel et écologique ?

    Choisir un isolant écologique, c’est la garantie d’un matériau à faible énergie grise. De plus, un isolant naturel permet de réduire son empreinte environnementale, de l’extraction au transport jusqu’à la pose au niveau :

  • du toit
  • des murs
  • du sol
  • des combles

    Des isolants écologiques naturels méconnus

    Les qualités isolantes acoustiques et thermiques des matériaux d’isolation écologiques sont résolument élevées. En effet, ces isolants régulent la chaleur et l’humidité intérieures pour un air toujours plus sain.
    Malgré leurs atouts, les isolants naturels et écologiques sont absents des circuits de distribution, car suscitant de nombreuses questions et souvent chers à l’achat.
    Bon à savoir : parmi les enseignes qui commercialisent des isolants verts fabriqués à partir de fibres végétales ou animales, retrouvez Hock, Steco, Buitex ou Pavatext.

    Les questions que suscitent les isolants écologiques :

  • sont-ils une alternative efficace aux matériaux synthétiques et aux laines minérales ?
  • quelle quantité utiliser et quelles sont les garanties offertes ?
  • sont-ils réellement plus efficaces que les isolants courants ?

    Comment garantir la durabilité de l’isolation d’une maison en bois ?

    Isolation écologique maison bois 2

    Le respect des normes en vigueur

    L’intégration du matériau isolant à l’intérieur ou à l’extérieur de la construction doit satisfaire les prescriptions de pose :

  • du DTU 31.2 Construction de maisons et bâtiments à ossature bois
  • d’un Avis Technique si des isolants non traditionnels sont mis en œuvre

    Attention ! La résistance thermique (R) de l’isolant utilisé ainsi que sa compatibilité à l’usage dans la construction doivent être certifiés par l’Association pour la certification des matériaux isolants (ACERMI).
    Comme son nom l’indique, l’ACERMI fourni aux particuliers les moyens de connaître les caractéristiques techniques ainsi que les performances de l’isolant. N’hésitez pas à vérifier si le matériau acheté bénéficie bien de cette certification.

    Les risques liés à la gestion de l’humidité et à la condensation

    Les constructions en bois sont un réel gage de solidité et de pérennité, mais doivent pouvoir évacuer l’humidité au risque de se détériorer par pourrissement.
    Le saviez-vous ? Un logement de quatre occupants produit 12 litres de vapeur en moyenne par jour.
    Si cette humidité est stockée à l’intérieur de la construction en bois, elle condensera dans les parois et occasionnera des dégâts compromettant la durabilité de la maison.
    À ce jour, il n’existe aucune solution pouvant absorber ou évacuer cette vapeur d’eau ni le monoxyde de carbone provenant du lavage, de la combustion, de la cuisson et même de la respiration. D’ailleurs, le principe des murs respirants n’est pas parvenu à faire ses preuves.
    Attention ! Il ne faut pas confondre le comportement des isolants à l’humidité à celui des parois complètes. Le comportement à la vapeur d’eau n’a rien à voir avec l’étanchéité à l’air des parois.

    Comment protéger les maisons en bois de l’humidité ?

    Pour être correctement isolées, les parois des constructions en bois doivent être étanches à l’air, ce qui permet tout de même l’évacuation de la vapeur d’eau. Afin d’éviter le pourrissement du bois, cette évacuation peut se faire avec :

  • une ventilation mécanique contrôlée (VMC)
  • des systèmes d’isolation composés d’écrans et de membranes perméables à la vapeur d’eau

    Utiliser un pare-vapeur indépendant

    En recouvrant les montants de la structure en bois ainsi que les matériaux isolants côté espace chauffé, le pare-vent indépendant pourra être validé par un Avis Technique et respectera les exigences du DTU 31.2.
    Afin de combler les exigences d’étanchéité à l’air du bâtiment, ce pare-vapeur doit être posé de façon continue sur toute l’enveloppe extérieure de la construction, incluant les :

  • rampants des combles aménagés
  • parois verticales
  • raccordements avec les baies
  • angles

    Le saviez-vous ? Il existe sur le marché des membranes spécifiquement développées pour les maisons ossature bois. Leur comportement varie en fonction des saisons grâce à :

  • une ventilation performante et maîtrisée
  • un écran Hautement Perméable à la Vapeur d’eau (HPV) pouvant être installé au-dessus de l’isolant

    Attention !

    Selon le DTU 31.2, les matériaux utilisés pour le pare-vapeur doivent impérativement posséder un degré de perméabilité à la vapeur d’eau inférieur ou égal à 0,005 g/m².h.mmHg.
    Le DTU précise également que les isolants revêtus, les isolants fibreux ou les enduits de bitume ne répondant pas à cette perméance ne sont pas considérés comme pare-vapeur.

    Conclusion

    Pour conclure, l’isolation d’une maison à ossature bois comme celle d’une construction traditionnelle repose sur trois conditions essentielles :

  • des isolants performants et bien posés
  • une ventilation maîtrisée
  • une bonne étanchéité à l’air

    En réunissant ces trois critères, vous êtes certains de :

  • maîtriser les dépenses énergétiques de votre habitation
  • profiter d’une bonne qualité de l’air intérieur
  • d’éviter les lames d’air parasite
  • d’apporter du confort aux occupants
  • d’évacuer la vapeur d’eau produite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *