Isolation des murs d’une maison en bois : le guide

Appréciées pour leur rapidité de construction, leur côté écologique et leur rendu esthétique, les constructions en bois présentent aussi l’avantage d’être faciles à isoler. L’isolation des murs d’une maison en bois peut s’effectuer par l’intérieur ou l’extérieur. Zoom sur les techniques utilisées.

## L’isolation des murs par l’intérieur
Bien que l’isolation des murs d’une maison en bois par l’intérieur ne soit pas la plus efficace, elle est couramment pratiquée en raison des caractéristiques de ce type de construction.
### Une technique avantageuse

Image isolation-mur-maison-bois-1

L’isolation des murs d’une maison en bois par l’intérieur est avantageuse dans la mesure où la structure du bâtiment s’y prête. En effet, les panneaux d’isolants peuvent être insérés directement entre les montants de la structure porteuse qui sont généralement espacés de 40 cm à 60 cm. Les pièces formant l’ossature présentent une section de 12 cm à 15 cm, ce qui facilite la pose des matériaux sélectionnés pour l’isolation thermique de la maison en bois. Ainsi, avec des murs de même épaisseur, une maison en bois permet de poser jusqu’à 25 cm d’isolant contre 16 cm pour une construction en brique ou en parpaing.
La vidéo suivante montre les travaux à effectuer pour isoler une maison à ossature bois.

### Le choix des isolants
Le choix des isolants revêt une importance particulière dans la mesure où ils garantissent le confort des occupants.

#### Les matériaux
Divers matériaux sont au choix pour une isolation écologique d’une maison en bois :
* la laine de roche ;
* la laine de verre ;
* le chanvre ;
* l’ouate de cellulose.

L’isolation d’une maison à ossature bois avec de la laine de roche se fait facilement, car ce matériau se présente sous forme de panneaux ou de rouleaux afin de simplifier sa mise en œuvre. Il en est de même pour l’isolation de la maison à ossature bois avec de la laine de verre qui est aussi disponible dans ces formats. Il va sans dire que la souplesse de ces isolants permet de les insérer aisément entre les montants de la structure porteuse sans risque de créer des ponts thermiques.
Dans le cadre d’une rénovation, l’isolation des murs d’une maison en bois par insufflation d’ouate de cellulose ou de flocons de laine de verre constitue une bonne idée. L’intervention d’un professionnel de l’isolation des maisons en bois est recommandée, car la mise en œuvre de cet isolant nécessite du savoir-faire et de l’expérience.

#### Les critères de choix
Les critères suivants sont à retenir dans le choix des matériaux :
* la résistance thermique (R) ;
* le coefficient de conductivité thermique (λ) ;
* l’épaisseur ;
* le marquage CE ;
* la certification ACERMI.

La résistance thermique (R) détermine la performance du matériau en termes d’isolation. Ainsi, une valeur élevée garantit une performance optimale. Il est recommandé de sélectionner des isolants présentant une résistance thermique supérieure à 0,5 m² K/W.
La conductivité thermique (λ) indique la capacité du matériau à transmettre la chaleur. Plus sa valeur est faible, plus l’isolant est performant. Les matériaux présentant une conductivité thermique inférieure à 0,06 W/mK sont à privilégier.
Par ailleurs, l’épaisseur du matériau choisi pour l’isolation des murs d’une maison en bois est importante. En effet, plus l’isolant est épais, plus la maison est bien isolée. Une épaisseur d’au moins 18 cm est conseillée.
Une présentation des types d’isolants et des certifications à vérifier est accessible avec cette page.

## L’isolation des murs par l’extérieur
Il est possible de réaliser l’isolation des murs d’une maison à ossature bois par l’extérieur.

### Divers avantages
L’isolation extérieure d’une maison en bois offre divers avantages à considérer :
* elle permet de supprimer les ponts thermiques ;
* elle optimise l’étanchéité à l’air de la maison ;
* elle renforce l’isolation phonique ;
* elle constitue une protection optimale contre la chaleur en été ;
* elle évite de réduire l’espace intérieur.

Grâce à son efficacité, cette technique permet d’obtenir des maisons en bois BBC ou passives. Ainsi, une bonne isolation garantit des économies d’énergie en réduisant les besoins en chauffage.

### La réalisation
L’isolation par l’extérieur des murs d’une maison en bois s’effectue en quelques étapes :
* des panneaux de contreventement sont posés à l’intérieur de la structure ;
* des isolants sont installés entre les montants de l’ossature ;
* des panneaux de fibre de bois sont fixés sur la structure à l’aide de vis ou d’agrafes ;
* la façade de la maison est habillée avec du bardage.

## Les autres paramètres à considérer
Quelques paramètres sont à considérer pour optimiser l’isolation phonique et thermique d’une maison en bois.

Image isolation-mur-maison-bois-2

### L’isolation des autres parties de la maison
L’isolation des autres parties de la maison doit être réalisée pour éviter les déperditions de chaleur. Ainsi, une attention particulière doit être accordée à l’isolation du toit de la maison en bois qui est responsable de 20 % à 30 % des pertes de chaleur. L’isolation des combles de la maison en bois entre dans le cadre des travaux à entreprendre pour isoler la toiture. À noter que les techniques utilisées sont différentes pour les combles perdus et les combles aménagés. En outre, l’isolation des sols optimise le confort des occupants et réduit les besoins en chauffage. Si la technique d’isolation par le bas est la plus courante pour les planchers d’une maison en bois, l’isolation par le haut ou la pose des isolants entre les structures est aussi possible. Des informations supplémentaires sur les différentes parties de la maison à isoler sont disponibles ici.

### La régulation de l’humidité
La gestion de l’humidité dans une maison en bois est un autre paramètre important dans la mesure où sa structure doit rester au sec en tout temps pour éviter son pourrissement. En effet, l’humidité est l’ennemi principal de ces constructions écologiques. Une bonne gestion de l’humidité est aussi nécessaire pour garantir la durabilité des isolants installés entre les montants de la structure.
Ainsi, la pose d’un pare-vapeur ou frein-vapeur doit être systématiquement du côté chauffé des murs. Si une lame d’air ventilée a été prévue à l’arrière du revêtement extérieur, le pare-vapeur sélectionné doit présenter une résistance à la diffusion de vapeur supérieure ou égale à 18 m. En revanche, si aucune lame d’air n’a été prévue, une résistance à la diffusion de vapeur d’au moins 90 m est exigée. Il est conseillé de superposer les lés de pare-vapeur sur au moins 10 cm pour une efficacité optimale.
Des membranes hygro-régulantes sont aussi disponibles pour les maisons à ossature bois. Elles ont la particularité de présenter une perméabilité à la vapeur variable en fonction du taux d’humidité dans l’air. Ainsi, ces membranes évitent la condensation en hiver et le séchage de la structure en bois en été.
L’installation d’un système de ventilation est également obligatoire dans une maison en bois afin d’éviter la condensation. En plus de faciliter l’évacuation de la vapeur d’eau dégagée par les occupants, cette installation renouvelle l’air dans la maison. Ce dispositif réduit aussi la consommation d’énergie, que la maison en bois soit équipée d’un chauffage électrique ou d’un chauffage au gaz.

### L’étanchéité à l’air
La maison en bois doit être étanche à l’air pour réduire sa consommation d’énergie en chauffage. Si l’installation d’un pare-vapeur au niveau des murs contribue à l’étanchéité à l’air de la maison, d’autres matériaux sont à mettre en œuvre aussi bien au niveau des parois donnant à l’extérieur qu’au niveau des murs séparant les pièces à vivre des volumes non chauffés :
* un écran sous toiture HPV ;
* un pare-pluie pour protéger la structure de l’humidité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *